Qui peut ouvrir une école privée ?

Aujourd’hui, j’ai décidé d’interviewer Karine Burns, une de mes amies qui vient d’ouvrir une école Montessori (en 2017) à Châtenay-Malabry, en région parisienne. J’ai rencontré Karine lors de ma deuxième formation à l’Institut Maria Montessori de Paris et j’ai tout de suite été très enthousiasmée par son projet. J’ai suivi Karine jusqu’à l’ouverture de l’école en septembre et maintenant que la pression de la rentrée s’est calmée, elle a eu la gentillesse de répondre à quelques questions.

A lire aussi : Comment retrouver du travail à 57 ans ?

Je vais d’abord vous rappeler ce qui rend une école Montessori si spéciale.

C’est avant tout un lieu où l’enfant est acteur de son éducation, il est respecté en tant que personne égale aux adultes. L’adulte n’est pas là pour enseigner à l’enfant mais pour l’accompagner dans la découverte des différents apprentissages. Permettez-moi de l’expliquer, l’éducateur présente un matériel à un enfant avec des gestes et un but précis, puis laisse l’enfant libre d’expérimenter, de pratiquer, de répéter autant de fois qu’il en ressent le besoin, ou simplement laisser ce matériel de côté s’il n’est pas intéressé pour le moment.

A voir aussi : Quel pays pas cher pour sa retraite ?

Il y a un mélange d’âges dans chaque classe : de 2 à 3 ans pour la communauté des enfants, de 3 à 4 ans pour le foyer d’enfants, de 6 à 9 ans puis de 9 à 12 ans pour l’école primaire.

Les éducateurs sont formés à la pédagogie Montessori.

Chaque chose est conçue pour correspondre à la taille de l’enfant et répondre à son stade de développement. L’enfant a le libre choix de son activité, le matériel est librement accessible et une fois qu’il lui a été présenté, il peut l’utiliser quand et aussi souvent qu’il le souhaite. Le matériel est le même que celui créé ou apporté par Maria Montessori dans les écoles qu’elle a ouvertes de son vivant et il n’est présent qu’en un seul exemplaire par classe.

Et maintenant, je donne la parole à Karine

Peux-tu te présenter rapidement ?

Je m’appelle Karine, j’ai 38 ans. J’ai passé plus de 10 ans à financement d’entreprise dans de grands groupes en France et à l’étranger. J’ai reçu une formation que nous allons dire « Classique » que ce soit à la maison ou à l’école.

Quand et pourquoi avez-vous décidé d’ouvrir une école Montessori ?

Par-dessus tout, je voulais une bonne école pour ma fille de 3 ans. J’ai d’abord cherché une école d’anglais bilingue parce que mon mari est anglais et il est vraiment important pour moi qu’elle sache parler cette langue. Après, Montessori, je dois avouer qu’il y a 2 ans je ne savais pas ! C’est ma belle-mère en Angleterre qui m’en a parlé pour la première fois. Mais dans le sud de 92 où nous nous trouvons, nous n’avions pas d’école Montessori. Et quand je suis entré pour la première fois dans une école Montessori (celle de Sèvres), j’ai eu LA révélation ! Je me suis vraiment dit que c’était ce que je voulais faire !

Combien de temps vous a-t-il fallu pour mettre en place votre projet ?

Un peu moins d’un an. J’ai participé pour la première fois au séminaire des créateurs d’écoles organisé par la FEM21 en Septembre 2016. Et j’ai été accompagnée pendant 1 an par Simone Hammer, la présidente de FEM21 sur le long chemin qu’est l’ouverture d’une école.

Votre école a une particularité, elle fait partie de la fédération Montessori 21. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

Les écoles Montessori 21 sont les écoles Montessori du 21e siècle. Nous trouvons dans nos écoles un mix social, ce qui n’est malheureusement pas le cas dans les autres écoles Montessori dont le prix moyen à Paris ou en région parisienne est de 650 euros par mois et par enfant. Aujourd’hui, dans ces écoles, nous ne trouvons qu’un microcosme privilégié de la population. Maria Montessori a commencé son travail il y a un siècle auprès de petits enfants des rues qui n’étaient pas scolarisés. Nous voulons donc revenir aux sources de la pédagogie. L’idée est de donner à un enfant de 3 ans la même possibilité d’accéder à une pédagogie d’excellence qu’il soit issu d’une famille issue d’un milieu modeste ou aisé. Nos tarifs sont adaptés aux familles quotients de sorte que le « taux d’effort » soit identique dans chaque tranche de taux. Nous avons également un projet de coéducation dans nos écoles : nous sommes des écoles participatives. Cela signifie que les parents viennent aider 2 heures par semaine à l’heure du déjeuner, à la garderie ou autre. L’idée est que le parent qui entre dans l’école apprenne les « codes » Montessori (nous formons nos parents) et que l’enfant ait les mêmes points de repère à la maison et à l’école. Il est également très motivant pour l’enfant de voir son père ou sa mère aider dans son école. Nos écoles apportent également leur soutien. Chaque famille verse 30 euros par mois et par enfant, ce qui permet de mettre en place une subvention de solidarité qui est octroyée en début d’année aux familles au début de la tranche par exemple et qui serait un peu pénalisée par le prix de la tranche. Ou accompagner les familles à faible revenu pour les aider à payer les frais de garde…

Combien de classes et d’enfants y a-t-il dans votre école ? Quel âge ont-ils ?

Nous avons deux ambiances de 3 à 6 ans, avec pour le lancement de l’école une trentaine d’enfants âgés de 3 et 4 ans répartis dans chaque atmosphère. L’école grandira sur 3 ans avec les enfants afin de prendre le temps de mettre en œuvre la pédagogie Montessori de telle sorte que le mélange des âges se fasse progressivement.

Quelles sont les conditions et les prix pour l’inscription de votre enfant dans cette école ?

Nous recrutons des « familles » et pas seulement un enfant. Nous sommes une école participative, les parents s’engagent à venir aider 2 heures par semaine (papa ou maman). Toutes les familles, même les plus aisées, sont touchées. Lors de réunions individuelles, nous évaluons la motivation des parents et l’adéquation entre leur projet et le projet pédagogique de l’école. Les tarifs varient de 90 à 950 euros par mois et par enfant.

Cliquez pour visiter le site des écoles Montessori 21

Quels ont été vos critères pour choisir les éducateurs avec lesquels vous travaillez ?

Nous avons rencontré une soixantaine de candidats ! Tout d’abord, nous avons réalisé des entretiens de groupe avec FEM21 et les directeurs des autres écoles du réseau. L’hôtel Montessori 21. Ensuite, en fonction de nos affinités respectives et de celles du candidat par rapport au secteur géographique en particulier, nous avons examiné les candidats lors d’entretiens individuels. Dans chaque cadre, nous avons deux éducateurs, un francophone et un anglophone. Nous avons donc organisé des rencontres entre couples afin que les éducateurs « choisissent » l’un l’autre. Parce que c’est un peu comme papa et maman à l’école, la compréhension entre les deux éducateurs est essentielle.

J’entends beaucoup de parents se plaindre du prix d’inscription pour les écoles Montessori. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi cette méthode de scolarisation est coûteuse ?

En effet, la pédagogie Montessori n’est pour l’instant pas reconnue par l’enseignement national, nous sommes des écoles privées hors contrat. Nous n’en avons aucun subventions. Ce sont les frais de scolarité des familles qui couvrent toutes les dépenses de l’école, y compris les salaires des éducateurs, l’achat de matériel, le loyer, les dépenses…

Y a-t-il autre chose que vous aimeriez dire que j’ai oublié de vous demander ?

Je pense qu’il est important de rappeler aux familles les critères d’une école Montessori. Il existe aujourd’hui de nombreuses écoles de ce type, dont certaines sont « inspirées » par Montessori. Si les parents recherchent une « vraie » école Montessori, voici les questions à poser au directeur : Combien d’éducatrices sont formées par l’AMI (International Montessori Association) ? Disposez-vous de tous les équipements Montessori ? Vous avez la mixité des âges des enfants ? Quel est le programme d’une journée type ? Le temps de travail continu est-il d’au moins 2,5 heures ?

Enfin, j’aimerais que vous nous disiez comment ce premier est rentré à l’école ?

Eh bien ! très très bien même ! Les enfants nous donnent une telle énergie ! Et commencer votre journée par des câlins et des baisers d’enfants vous procure un tel bonheur ! Nous avons eu un très bon accueil de la part de la mairie de Châtenay-Malabry, les parents ont vraiment compris le projet de l’école. Tout le monde apporte une couleur pour que l’école soit encore plus jolie !

Je remercie beaucoup Karine d’avoir pris le temps de nous éclairer un peu plus sur la pédagogie Montessori et d’avoir répondu à mes questions.

J’espère que ce petit entretien aura répondu aux questions que vous vous posez, qu’il vous aura donné envie d’en savoir plus en frappant à la porte d’une école Montessori de votre région ou même en éveillant chez vous un désir de recyclage comme Karine, qui sait ?

🙂 Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les poser dans les commentaires, je vous répondrai avec plaisir. Avec cela, profitez bien de vos enfants, un jour ils grandiront !

😉