Quelles sont les raisons de l’adoption ?

L’ASFE s’est entretenue avec Anna TREHOREL, représentante de l’ASFE en Éthiopie et fondatrice de l’Ethiopie Wud Bete , une association d’Éthiopiens adoptés à l’étranger qui décident de retourner en Éthiopie. Son témoignage remonte à la raison de son engagement et nous livre des histoires de vie de personnes adoptées d’Éthiopie.

Avec 110 millions d’habitants, l’Éthiopie est le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique et l’un des plus pauvres du monde : 29 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté international. La majorité des enfants adoptés proviennent-ils principalement de milieux défavorisés ? Avons-nous des chiffres sur le nombre d’adoptions d’enfants éthiopiens par des étrangers ?

La principale raison qui a favorisé les adoptions est en effet le manque de ressources des familles biologiques éthiopiennes. Une grande partie des adoptions d’enfants éthiopiens ont eu lieu à la suite de la guerre entre l’Éthiopie et l’Érythrée et de la famine qui a suivi : les événements ont mis de nombreuses familles dans une situation précaire et les ont ainsi poussées à prendre la décision de confier leurs enfants à des agences d’adoption.

A lire aussi : Comment faire une bonne estimation immobilière ?

Par exemple, aux États-Unis, le nombre d’adoptions entre 1999 et 2018 était d’environ 16 000 enfants éthiopiens.

Qu’est-ce qui explique le nombre massif d’adoptions ? Quels sont principalement les pays où ces enfants ont été adoptés ? Comment se déroulait la procédure d’adoption à l’époque ?

Les adoptions massives sont motivées par plusieurs raisons, que ce soit en Éthiopie ou dans d’autres pays « défavorisés ». L’un des éléments qui peuvent expliquer ces adoptions massives est sûrement le nombre d’organisations présentes sur place à l’époque. Dans la mentalité d’une partie de la population il y a 20 ou 10 ans, l’adoption était un moyen pour l’enfant de recevoir une éducation internationale afin qu’un jour il puisse retourner au pays et aider sa famille biologique.

A lire également : Comment être tuteur d'une personne âgée ?

Parler à adoptifs, de nombreuses histoires se rassemblent sur l’ignorance des familles quant aux conséquences réelles de l’abandon de leurs enfants aux œuvres auxquelles elles les ont confiés. En outre, en France ou ailleurs, l’adoption était souvent considérée comme une aide à un enfant censé être orphelin. Sur le plan international, l’Éthiopie n’était présentée que comme un pays où régnaient uniquement la famine et la guerre . Je suppose que cela a alimenté l’effet d’urgence de l’adoption massive d’enfants.

Les procédures étaient souvent longues et chaque agence d’adoption avait son propre fonctionnement. Avant leur adoption, les enfants étaient orphelins dans la capitale d’Addis-Abeba et ont attendu quelques mois avant qu’une famille ne soit sélectionnée pour partir vivre avec eux. Les familles ont dû passer de nombreux tests pour prouver leurs bonnes intentions, cela pouvait prendre quelques mois ou quelques années. Les principaux pays où des enfants ont été adoptés sont : les États-Unis, l’Allemagne, l’Espagne, la France ou l’Italie et les Pays-Bas.

Amharique est la principale langue de l’Éthiopie, mais il existe environ 100 langues officielles dans le pays. La multitude de dialectes en Éthiopie constitue-t-elle un obstacle à l’obtention d’informations sur les cas d’adoption (identité, âge, lieu de naissance, etc.) ?

Cela dépend de l’origine de l’enfant, où il est né en Éthiopie. Le problème linguistique pouvait survenir lorsque le membre de la famille qui a confié l’enfant où l’enfant lui-même, ne parlait pas l’amharique et que des informations relatives à son identité pouvaient avoir été transmises de manière incorrecte par des agences.

Dans la majorité des cas, l’âge a été modifié, de même que le lieu de naissance. Savoir aujourd’hui s’il s’agissait d’un choix volontaire ou non de la part de ces organisations est une autre question. Lorsque les personnes adoptées font leurs recherches, c’est souvent quelque chose de compliqué à comprendre : comment nous pourrions si facilement donner un âge parfois très éloigné de la réalité .

45 % des enfants adoptés à l’étranger par des Français sont issus L’Afrique. Savons-nous combien d’Éthiopiens ont été adoptés par des Français ? Qu’est-ce qui a poussé l’Éthiopie à interdire l’adoption par des étrangers, il y a 3 ans maintenant ?

En France, l’adoption internationale représente toujours plus de 80 % des adoptions. Selon la Mission internationale d’adoption (MAI), entre 1980 et 2018, il y a eu environ 6 000 adoptions d’enfants éthiopiens en France.

Depuis près de 3 ans, le parlement éthiopien a voté l’interdiction des adoptions par des candidats étrangers, et a depuis préféré privilégier les soins locaux (au sein des familles lorsque cela est possible ou par les familles éthiopiennes qui en font la demande). Les principales raisons de cette décision étaient les nombreuses plaintes et abus liés à des adoptions qui avaient eu lieu depuis de nombreuses années. Malheureusement, on n’en parle pas assez et c’est important.

Il y a eu de nombreux cas d’abus dans le cadre de l’adoption familles, corruption au sein des agences, familles éthiopiennes qui se sentent manipulées, trafic Cependant, les adoptions entre l’Éthiopie et la France avaient déjà été suspendues dès 2016 par le ministère des Affaires étrangères. L’Éthiopie n’étant pas partie à la Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, les contrôles et contrôles sur l’enfant et son environnement n’ont donc pas été effectués. Aujourd’hui, la majorité des adoptés qui cherchent à savoir d’où ils viennent découvrent une famille censée être inexistante

Quand et pourquoi avez-vous créé votre association ? Quelle est sa mission ?

L’association a été créée en février 2020 à la suite d’une conversation intense et nécessaire sur le manque d’informations et de structures d’accueil pour le retour des adoptés francophones en Éthiopie . Ethiopie Wud Bete, qui peut être traduit par « Ethiopie, ma chère maison », est fait par des adoptés pour des adoptés.

Nous avons ressenti le besoin de créer un soutien pour cette communauté afin de faciliter l’expérience du retour au pays en partageant nos expériences et les informations que nous avons recueillies au préalable .

Afin de leur donner une visibilité appropriée, nous avons donc voulu les accompagner dans leurs différentes procédures de retour à travers sept thèmes principaux : Identités des personnes adoptées (témoignages) ; Retour aux sources ; Langue (s) (bases de l’amharique) ; Culture (s) et société (s) (événements et jours fériés) ; économie et affaires (offres d’emploi) ; administration et institutions (droits et documents utiles) ; nouvelles d’Éthiopie (petit journal reportant l’actualité) ; événements et soutien communautaire.

Est-ce simple pour un enfant né en Éthiopie, adopté par un Famille française, de retourner en Éthiopie et de retrouver sa famille biologique ? Quelles sont les difficultés auxquelles elle doit faire face ?

Il y a beaucoup de choses à prendre en compte pour répondre à ces questions. Tout d’abord, il n’est pas évident pour tous les adoptés de vouloir revenir ici, en Éthiopie. Les histoires sont très différentes d’un individu à l’autre.

Les traumatismes qu’il a pu subir, les familles dans lesquelles il a grandi avant et après son adoption, l’âge auquel il est parti, son degré de sensibilité à l’égard de son identité et de son passé… tout cela peut avoir un impact différent sur chacun. Ce qui est, je pense, commun à tous les adoptés, c’est la recherche d’identité pour apprendre à se connaître et essayer au mieux de comprendre pourquoi vous avez été adopté.

Ainsi, lorsque vous passez l’étape des questions et que vous franchissez la dernière ligne pour retourner au pays et faire des recherches, vous devez vous armer d’une grande patience et faire face à la les souvenirs que nous avons, la situation politique/sanitaire de l’époque, les histoires racontées par les familles. Le plus difficile est de s’entourer de personnes attentionnées qui ne cherchent pas à extraire quoi que ce soit de la situation délicate dans laquelle se trouve l’adopté lorsqu’il fait ses recherches.

Vous devez être préparé psychologiquement à toute information difficile que vous pourriez recevoir. En soi, la recherche peut durer quelques jours, quelques mois ou quelques années. Après cela, la rencontre avec la famille ou même avec les Éthiopiens en général peut être brutale si elle n’est pas préparée, si nous avons devant vous des personnes qui ne comprennent pas la situation dans laquelle nous nous trouvons. La barrière de la langue est l’une des difficultés les plus courantes  ; ne pas être capable de communiquer et d’avoir les réponses aux questions exactes qui vous préoccupent depuis de nombreuses années peut parfois être troublant. Aujourd’hui, avec Facebook et d’autres réseaux sociaux, trouver des membres de la famille est plus facile qu’il y a quelques années, mais là encore, c’est différent d’une histoire à l’autre.

actuellement un conflit armé entre le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed et le Front populaire de libération du Tigré. Selon l’ONU, de nombreux civils ont été tués. Pouvez-vous nous en dire plus sur la situation actuelle en Éthiopie ? Il y a

La situation en Éthiopie est extrêmement préoccupante. Personnellement, toute ma famille se trouve au Tigré et nous n’avons aucune nouvelle d’eux depuis l’annonce du Premier ministre il y a trois semaines maintenant. Le gouvernement a en effet décidé de couper le réseau mobile, l’accès à Internet et parfois l’eau à toute la région.

La population tigréenne, majoritairement rurale, est privée d’accès et compartimentée. Les frontières avec la région sont fermées et les informations que nous recevons ne peuvent pas toujours être vérifiées. Pour ce qui est du reste du pays, les combats entre les forces gouvernementales et le TPLF, et parfois d’autres groupes, s’intensifient à mesure que les morts s’accumulent.

La situation est alarmante pour tous les Éthiopiens, il y a cette fatigue et cette inquiétude constantes qui planent à Addis. Ce pays donne la sensation qu’il ne se reposera jamais : les guerres interethniques, les instabilités politiques, sanitaires et écologiques s’accumulent  : l’histoire se répète sans que les dirigeants ne tirent les leçons du passé difficile de l’Éthiopie.

Vous avez autre chose à ajouter ?

Je voudrais terminer sur une note plus positive en disant que malgré tout cela, l’Éthiopie reste un pays sublime . Avec une histoire, une culture, une population loin de ces conflits de pouvoir. Ce n’est pas pour rien que nous avons appelé notre association « Ethiopie, ma chère maison » et il est difficile de la quitter : c’est une association éthiopienne traditionnelle le sentiment national de considérer notre pays comme notre foyer et notre mère. Un sentiment qui, je l’espère, rassemblera ses dirigeants plutôt que de les diviser, encore une fois.

Anna TREHOREL, représentante de l’ASFE en Éthiopie et fondatrice d’EthiopiaWudbete.