Equipement

Comment bien marcher avec des cannes anglaises ?

Vous venez d’avoir une plâtre et vous vous demandez ce que vous pouvez faire et ce que vous ne pouvez pas faire avec votre plâtre ? Voulez-vous expliquer à quelqu’un ce qu’il faut éviter avec un plâtre ? Faut-il laver quelqu’un qui a un plâtre ?

Découvrez si vous êtes autorisé à marcher avec un plâtre, comment éviter de gonfler, comment ne pas mouiller votre plâtre et ce que vous devez faire si vous avez un problème avec votre plâtre.

A lire en complément : Quel plafond de revenu pour APL 2020 ?

Comment savoir ce que je peux faire avec un plâtre ?

La pose d’un plâtre est une véritable procédure médicale qui nécessite certaines précautions individuelles à prendre et à suivre pendant toute la durée du port du pansement. Le risque de développer une complication due à un plâtre n’est pas exclu.

C’est pourquoi, une fois que le médecin ou l’infirmière a mis votre plâtre, il vous remet un document écrit avec toutes les instructions. Il vous indique également comment le joindre en cas d’urgence.

A lire également : Comment faire un pitch pour se présenter ?

Il est essentiel d’être coopératif et de tout comprendre c’est ce que l’on attend de vous.

Que faire juste après la pose du plâtre ?

Immédiatement après la pose du plâtre, il est important de :

  • Respectez le temps de séchage. Si le plâtre est fabriqué avec des bandes imprégnées de plâtre, le temps de séchage peut atteindre 48 heures. S’il est synthétique (résine ou fibre de verre), le plâtre sèche en quelques minutes et durcit en quelques heures. Vous devez vous abstenir de toucher le plâtre tant qu’il n’est pas sec afin qu’il ne soit pas comprimé et conserve la bonne forme.
  • Soulevez le membre immobilisé au cours des premiers jours pour réduire l’œdème (accumulation de liquide).

Que dois-je faire lorsque je porte un plâtre ?

Si vous portez un plâtre, il faut :

  • éviter de le plonger dans l’eau et même de le mouiller, car cela pourrait l’affaiblir.
  • ne pas introduire d’objets à l’intérieur du plâtre. Il faut être particulièrement vigilant avec les enfants.
  • pour mobiliser les joints libres aux extrémités du plâtre. Cela réduit le risque de complications thromboemboliques (phlébit ou embolie pulmonaire). Il prévient également le risque d’atrophie (diminution du volume musculaire).

Est-ce que je peux marcher avec un plâtre ?

Votre médecin décide si vous pouvez ou non marcher avec un plâtre sur votre membre inférieur. Par exemple, vous pouvez :

  • porter une chaussure spéciale avec un coussinet de talon qui vous permet de poser votre pied au sol ;
  • marcher avec des béquilles en mettant une grosse chaussette autour de votre plâtre
  • utiliser un fauteuil roulant.

Cela dépendra de l’emplacement de votre plâtre, de la gravité de la lésion et de la durée pendant laquelle vous êtes plâtré.

Puis-je conduire avec un plâtre ?

Il n’est pas interdit de conduire lorsque vous avez un plâtre, mais cela peut être découragé. Renseignez-vous auprès de votre médecin sur la situation dans laquelle vous vous trouvez.

Comment maintenir sa mobilité avec un plâtre ?

Il est recommandé de continuer à mobiliser les articulations aux extrémités du plâtre et le muscle sous le plâtre pour limiter l’atrophie musculaire (diminution du volume musculaire) et réduire le risque de développer une phlébit ou une embolie pulmonaire (complication thromboembolique).

Pour continuer à bouger, vous pouvez vous aider avec une marchette, des béquilles, des cannes anglaises, des bâtons de marche, un fauteuil roulant ou un foulard. Vous pouvez également effectuer de petites contractions musculaires.

Vous ne savez pas comment continuer à bouger avec votre plâtre ? As-tu peur de te blesser ou de mal le faire ? Demandez conseil à votre médecin.

Comment puis-je éviter un gonflement avec mon plâtre ?

Pour éviter l’enflure de votre membre, vous pouvez :

  • bouger vos doigts ou vos orteils
  • soulever votre plâtre lorsque vous vous asseyez ou que vous vous allongez : posez votre pied sur un tabouret, votre main sur un grand oreiller, etc.

Comment empêcher mon plâtre de se mouiller ?

Vous ne devez pas mouiller votre plâtre, car cela pourrait l’affaiblir. Lorsque vous vous lavez, vous pouvez emballer votre plâtre dans un sac en plastique. Vous pouvez également vous laver avec un gant et obtenir de l’aide pour les toilettes.

Quels sont les signes qu’il y a un problème avec mon plâtre ?

Plusieurs signes cliniques devraient vous alerter. Ensuite, vous devez consulter votre médecin dès que possible :

  • vous ressentez de la douleur.
  • vous ressentez des difficultés respiratoires et/ou des douleurs thoraciques. Cela peut être un signe de phlébit ou d’embolie pulmonaire.
  • vous ressentez des picotements, des picotements ou un engourdissement à la fin du plâtre. Nous parlons de paresthésie ou de trouble de sensibilité.
  • vos orteils ou vos doigts sont enflés, pâles ou bleus.
  • votre plâtre sent mauvais.
  • un point coloré apparaît sur votre plâtre.
  • le bord de votre plâtre frotte ou coupe votre peau.
  • vous placez un objet dans votre plâtre.
  • votre plâtre est trop gros ou cassé.

Quels sont les risques associés au port d’un plâtre ?

Le port d’un plâtre vous expose à certains risques, parfois graves et irréversibles. Ils sont liés à la compression des tissus mous (peau, muscles, nerfs, veines et artères).

Il est très important d’identifier ces complications le plus tôt possible afin de proposer la prise en charge la plus appropriée. Il sera souvent nécessaire d’enlever le plâtre. Nous parlons de l’enlèvement du plâtre.

Par exemple, si vous avez de la difficulté à respirer et des douleurs thoraciques, vous devez appeler le Centre SAMU 15. Il peut s’agir d’une maladie thromboembolique telle qu’une phlébit ou une embolie pulmonaire. Elle nécessite un diagnostic précoce et une hospitalisation d’urgence. Nous allons devoir dissoudre le caillot sanguin qui obstrue la veine.

Que dois-je faire si j’ai un problème avec mon plâtre ?

Si vous avez un problème avec votre plâtre, vous devez appeler votre médecin rapidement.

Pourquoi dois-je consulter mon médecin 24 heures après avoir mis mon plâtre ?

Le but de la consultation 24 heures après l’installation du plâtre est de détecter tôt un problème avec le plâtre :

  • le plâtre fait mal ;
  • le plâtre est trop gros ;
  • les bords du plâtre sont tranchants ;
  • le plâtre est trop serré. Cela se manifestera par une douleur, des extrémités (doigts ou orteils) de couleur bleue (cyanose) ou, au contraire, pâle. Les extrémités peuvent également être enflées (œdème). Vous pouvez avoir l’impression que le plâtre fait un étau autour du membre.

En quoi consiste la surveillance d’un plâtre ?

Pour surveiller un plâtre et s’assurer qu’il n’y a pas de compressions, le médecin doit :

  • inspecter le plâtre : aspect général, présence de fissures, zones de faiblesse… Est-ce que le plâtre sent mauvais, y a-t-il des taches suggérant une infection (due à une bactérie par exemple) ?
  • renseignez-vous sur la présence de douleur. À quoi cela ressemble-t-il ? Brûlure, démangeaisons, jets… où se trouve-t-il ? Quelle est son intensité ?
  • prendre les impulsions périphériques et la température.
  • évaluer la motricité des extrémités (doigts, orteils). Y a-t-il un œdème, une cyanose, une pâleur, un froid, une insensibilité ?

Les plaintes d’un patient plâtré doivent toujours être prises au sérieux. S’il n’est pas supporté par le patient, le plâtre doit être fendu ou même retiré.

Quel est l’intérêt de faire une radio quand on a un plâtre ?

La radiographie ou la radiographie est utile dans le cadre de la surveillance d’un plâtre. Elle doit être réalisée juste après la pose du pansement puis régulièrement jusqu’à ce que la consolidation attendue soit totale : consolidation de l’os en cas de fracture et du ligament en cas de luxation.

Si les conditions ne sont pas remplies et qu’il y a un manque de consolidation ou une consolidation insuffisante, l’usure du plâtre devra être prolongée.

Devrais-je prendre des médicaments lorsque je porte un plâtre ?

Vous devez prendre des médicaments si votre médecin vous les a prescrits, mais ce n’est pas toujours le cas. Cela peut être :

  • médicaments contre la douleur. Nous parlons d’analgésiques ou d’analgésiques.
  • des médicaments pour combattre le risque d’enflure. C’est souvent le cas un médicament anti-inflammatoire.
  • des médicaments pour fluidifier le sang et lutter contre le risque de développer une maladie thromboembolique veineuse tels que la phlébit ou l’embolie pulmonaire.

Outre les médicaments liés au port d’un plâtre, vous pourriez avoir d’autres médicaments à prendre en raison d’un accident ou d’une chute qui vous a mené à l’obtention d’un plâtre.

Parfois, votre médecin vous prescrira également de faire des analyses sanguines de contrôle.

Il est important de suivre les instructions (prise de sang, médicaments) de votre médecin pendant toute la durée du port du pansement afin de réduire le risque de complications.